Conseil Général des Pyrénées Orientales logo de la bibliothèque

Mon compte

Identification OPAC

Les ressources musicales numériques boudées

  • Imprimer
  • E-mail
ist2 4754813 cd shredderL’Association pour la coopération des professionnels de l’information musicale (Acim) a présenté lors de ses rencontres annuelles, les 14 et 15 mars, les résultats d’une enquête sur les ressources musicales numériques dans les bibliothèques françaises. Sur les 147 établissements qui ont répondu, seuls 54, soit 37 %, proposent des ressources musicales numériques. Les bibliothèques municipales ou intercommunales dominent nettement l’enquête, puisqu’elles représentent 83 % des établissements ayant répondu et 80 % de ceux proposant ce type de ressources. Les bibliothèques départementales constituent, quant à elles, 14 % des répondantes et 17 % de celles ayant des ressources musicales en ligne. Les principaux prestataires sont la Cité de la musique, à Paris, qui représente 42 % de l’offre totale, et MusicMe Pro, 18 %. Comme le souligne Pierre Rebuffet, membre du CA de l’Acim et auteur de l’enquête, les prestataires "sont peu pressés d’harmoniser et d’affiner les statistiques d’utilisation de leurs ressources dans les bibliothèques", et les politiques tarifaires peu lisibles.

Mais un constat s’impose : ces ressources, qui captent, selon les établissements, entre 2 et 46 % du budget total consacré à la musique, ne parviennent pas à trouver leur public : l’offre de la Cité de la musique attire moins de 1 % des usagers, et celle de MusicMe-Pro moins de 2 %. Des statistiques qui apportent de l’eau au moulin des bibliothécaires qui ne proposent pas ce type de ressources en invoquant leur coût trop élevé et l’inadéquation entre l’offre et les attentes du public.

Le prêt de CD étant par ailleurs globalement en déclin, comment élaborer l’offre de musique en bibliothèque aujourd’hui ? "Nous sommes dans une phase de transition, souligne Pierre Rebuffet. Certains de nos usagers n’ont jamais connu le CD, d’autres n’ont pas encore adopté le streaming. Les collections physiques ont encore leur place, mais il est nécessaire d’imaginer l’avenir à court terme, sans s’accrocher à des usages qui n’ont plus cours, pour que la musique garde toute sa place dans nos établissements." L’enquête comprend un autre volet, consacré à l’analyse des offres des prestataires, réalisée par Nicolas Blondeau, le président de l’Acim.

Véronique Heurtematte (Livres Hebdo)